FAISONS

CONNAISSANCE

Qui Suis-je ?

Je suis née en Espagne, de père Japonais et de mère Franco-italienne. Ayant vécu en Espagne, au Japon et en France, j'ai intégré la culture tant orientale qu'occidentale.

 

Plus précisément, je suis issue d'une famille ancestrale japonaise samouraï dont les arts (voie du sabre, les pratiques spirituelles et sacrées, la calligraphie, le kototama, le seitaï...) étaient transmis de façon initiatique. Le contact avec la nature faisait partie du quotidien de mon enfance japonaise mais aussi bretonne à travers la tradition druidique qui m'a nourrie lorsque je suis arrivée en France fin des années 70 (Côtes-du-Nord).

Néanmoins, c'est dans un autre monde rationnel et pragmatique que je me suis engagée à travers des études de marketing (Ecole Supérieure de Commerce) à Paris, occupant ensuite la fonction de Chargée de Communication (Fédération Patronale), puis après une reconversion professionnelle, Peintre en décors et Manager (Cinéma, Plateaux Evénementiels TV, Grands Comptes, gestion de chantiers...), enfin Responsable des Finitions Scéniques à la Direction Artistique chez WDI (Walt Disney Imageenering - USA).

 

Les activités de ce monde moderne m'avaient conduite loin de ce qui animait mon enfance, mais j'aimais ce que je faisais.

Pourtant, j'ai dû me résoudre à quitter cette organisation mondiale pour des raisons éthiques que je découvrais à l'époque, radicalement contraires à mes valeurs du Vivant. J’ai donc choisi de démissionner, autrement dit de renoncer au confort de l'abondance, à la renommée et au pouvoir qui m'étaient alors proposés, mais qui servaient une société aux mobiles involutifs pour choisir plutôt le respect de mon identité et celle de l'humanité.

Avec une volonté indéfectible et une force que je devais maintenir à la hauteur de ce qui voulait m’asservir, me suis arrachée aux instances dominantes.

Observant notre environnement moderne à travers les activités diverses que je venais de mener, je constatais une société qui, coupée d'elle-même, recherchait dans une course effréné aux technologies derniers cris, la guérison à tout prix, du  "bien-être", en ayant oublié "l'être bien" (dans sa peau). De ce constat, je pressentais que si cet "être bien" en lui ne s'épanouissait pas, l'homme ne ferait que reporter à demain la grande affaire de sa Vie, son désir d'accomplissement, la manifestation de son Essence, en s'empêchant de vivre pleinement ce pourquoi il est venu sur terre.

​​

Dans la tradition japonaise, les maux du corps et ceux de l'âme ne sont pas séparés. Il s'agit de voir où en est la force vitale. "Ogenki desuka ?" ("comment allez-vous ?" en japonais) le signifie bien, se traduisant par  "votre force vitale (ki) est-elle lumineuse en vous dans le principe (connectée au principe Originel) ?" Cela m'interpelait déjà très jeune.

​Dans la Grèce antique, le mot "Pathos" signifiait "perdre la raison", "rupture avec le Logos" (Dieu créateur, chant de Vie)", "passion qui défigure en nous l'image divine imprimée", en tant qu'oubli de l'Etre, la souffrance étant le "refoulement du désir essentiel de l'Etre".

Dans la médecine sacrée sumérienne vieille de plus de 4000 ans, le mot guérison n'existait pas, on parlait de "faire circuler la Vie". Ainsi, la maladie serait un "enténèbrement" -absence de lumière cosmique- et la santé,  "retrouver la lumière", "souffle de vie sacré" et "vive flamme du dedans".

Enfin, pratiquant l'herméneutique, je découvrais que le thérapeute des civilisations anciennes était à la fois médiateur, prêtre et "soignant" (Thérapeutès en grec signifie "prendre soin", mais aussi "cuisinier", "jardinier"). Il misait sur le contact de la personne avec elle-même, la nature, les arts, les lois cosmique liés à une pratique de mouvements corporels, mais aussi psychologique de tous les jours et une réforme alimentaire, la communication avec les plans, un travail sur le rêve, les images, les émotions...

C'est celui qui accédait au-delà du visible, là où l'invisible structure toute personne, et travaillait à l'actualisation de son énergie, à son harmonisation avec le flux cosmique, préludes à la transformation intérieure.

Riche de ces vérités que découvrais mais que je savais dans le fond, je me demandais ce qui allait exhumer de moi-même, sachant que ces pratiques étaient valables pour l'ère de l'involution, donc du passée, et qu'elles devaient s'actualiser pour répondre aux nouveaux enjeux de l'ère du Verseau, à travers le rôle nouveau et particulier de la matrice féminine.

Dans un espace du tout possible, la voie du son et des profondeurs de l'homme ne tardèrent pas à s'inviter dans mon champ de vie. 

J'avais déjà pratiqué le chant lyrique au Conservatoire pendant une dizaine d'années, mais je fus guidée vers un tout autre domaine de l'univers du son que je ne connaissais pas à l’époque. 

Ce fut le  Dr Mitchell L. Gaynor, scientifique et oncologue, pionnier de la thérapie par le son aujourd'hui mystérieusement décédé, un séjour chez les Premières nations (Canada) et la rencontre décisive avec la voie de l'initiation qui en ouvrirent définitivement la porte, me rappelant entre autres à mon désir d'enfant : être tout à la fois médecin généraliste, juge pour enfants, magicienne, archéologue, chanteuse, et... fleuriste !

Qu'à cela ne tienne, le destin s'en est bien chargé à sa façon !

Aujourd'hui, praticienne selon les enseignements de l'Institut Medson (Emmanuel Comte), de Tama-Do Academy (Fabien Maman et Terres Unsoeld), de Voice Global Coaching (Yael Benzaquen et Emmanuel Muh), je continue à m'initier à la voie du Gong (Gong Master Don Conreaux, Richard Rudis), des diapasons (Dr John Beaulieu), des Bols de L'Himamaya (Diane Mandle), du Kototama (lignée Nakazono), et à suivre la transmission de la science des sons sacrés avec Iégor Reznikoff (Mathématicien, musicologue), Silvia Nakkash (Nada Yoga) et  Öshökh/Curtet (Khöömïï- Chant diphonique mongol).

Ayant toujours à l'esprit que l'homme debout est celui qui prend appui sur ses deux jambes, un autre pilier s'imposa comme une évidence à ma voie : l'accompagnement somato-psycho-spirituelle favorisant une conscientisation personnelle quotidienne permettant ainsi d'intégrer les changements de l'être, conjointement à l'éveil de son chant de Vie, dans une approche scientifique.

Parallèlement à mon initiation dans les sciences sacrées des Traditions chrétienne, amérindienne, celte et kabbalistique ainsi que la pratique du seitaï (Imoto Sensei), je me suis intéressée aux recherches dans le domaine de la thérapie psycho-corporelle (Ecole de Psychologie Biodynamique), de la thérapie quantique (Facilitatrice Psych-K, Transurfing), et de la géométrie sacrée, selon la doctrine Pythagoricienne qui élevait la conscience des initiés jusqu'à l'"essence des choses" par la science des nombres, mais aussi par l'utilisation des formes platoniciennes, opérant la "Grande Santé", par le réacordage à l' "Harmonie des Sphères".

 

Ce parcours m'amène aujourd'hui à réaliser que l’homme n'a pas d'autre voie d'évolution que de devoir assumer le fameux "connais-toi toi-même" des Grecs, pour ensuite s’ouvrir à un espace plus vaste, celui "de l’univers et des dieux", à ceci près que "se connaître" consiste à se libérer du plan astral et que "ces dieux" sont des "hommes supérieurs en conscience" qui, dans le passé, étaient considérés à tord comme des dieux. Une fois cette illusion du passé fracturée, le nouveau monde peut naître et l’humanité sortir de sa quarantaine.

 

Dans cette ère nouvelle, il est primordial que la conscience humaine s’individualise pour devenir libre de toute ingérence dans son évolution.

Il lui faudra apprendre à développer une connaissance occulte des forces agissantes derrière la forme, et veiller à l'hygiène de son être sur tous les plans. 

 

L’homme est un géant qui ne se connait pas. Il doit prendre conscience de sa mesure avant de pouvoir comprendre la vie, en sortir conscient, c'est-à-dire victorieux et en arriver à savoir qu’il est un être créatif, un être de lumière qui sait. La destinée de la terre sera entre les mains de ces humains-là.

Ainsi, votre nature planétaire est un réceptacle de votre dimension cosmique. En vivant votre vie plus consciente, avec Volonté, Amour et Intelligence, vous construisez peu à peu votre "corps de lumière", sur la base fondamentale de votre vie quotidienne comprise et assumée dans la matière, quel que soit votre parcours de vie.