FAISONS

CONNAISSANCE

Qui Suis-je ?

Je suis née en Espagne, de père Japonais et de mère Franco-italienne. Ayant vécu en Espagne, au Japon et en France, j'ai intégré la culture tant orientale qu'occidentale.

Plus précisément, je suis issue d'une famille ancestrale japonaise samouraï dont les arts (voie du sabre, les pratiques spirituelles et sacrées, la calligraphie, le kototama, le seitaï...) étaient transmis de façon initiatique. L'une de mes ancêtres était chamane. Le contact avec la nature faisait partie du quotidien de mon enfance japonaise mais aussi bretonne à travers la tradition druidique qui m'a nourrie lorsque je suis arrivée en France dans les années 80 (Côtes d'Armor).

Néanmoins, c'est dans un autre monde rationnel et pragmatique que je me suis engagée à travers des études de marketing (Ecole Supérieure de Commerce) à Paris, occupant ensuite la fonction de Chargée de Communication (Fédération Patronale), puis après une reconversion professionnelle, je suis devenue Peintre en décors et Manager (Cinéma, Plateaux Evénementiels, Grands Comptes, gestion de chantiers...), enfin Responsable des Finitions Scéniques à la Direction Artistique chez WDI (Walt Disney Imageenering).

Les activités de ce monde moderne m'avaient aspirée loin de ce qui animait mon enfance, mais j'aimais ce que je faisais. Pourtant une dynamique intérieure de plus en plus pressante m'invita à capituler enfin devant ce qui frémissait au plus profond de moi : être au service de l'humain pour qu'il reprenne contact avec sa nature profonde et ainsi libérer sa puissance, son harmonie, son pouvoir de guérison, pour accéder à son potentiel.

 

Ce frémissement est probablement en résonance avec ce que fut un traumatisme aussi imprévu que brutal, celui d'une erreur médicale dont je fus victime à 8 jours de ma naissance et qui me condamnait à ne pas pouvoir marcher. Un traitement kinésithérapeutique quotidien simulant les mouvements des jambes, la foi renouvelée de mes parents et surtout l'engagement consacré d'un grand professeur américain opérant des mesures issues de recherches expérimentales en électrothérapie étaient toutes les forces déployées, tel un défi scientifique et humain pour un cas qui semblait déjà perdu d'avance.

Miraculée, aujourd'hui je marche.
 

Mon regard sur la vie et ma sensibilité sur l'aspect si précieux de cette vie seront à jamais gravés par cette expérience qui marqua mon entrée dans ce monde.

Observant ainsi notre environnement moderne à travers les activités diverses que je menais, je constatais en effet une société qui, coupée d'elle-même, recherchait  de plus en plus la guérison à tout prix, du  "bien-être", en ayant oublié "l'être bien". De ce constat, je pressentais que si cet "être bien" en lui ne s'épanouissait pas, l'homme ne ferait que reporter à demain la grande affaire de sa vie, son désir d'accomplissement en s'empêchant de vivre pleinement ce pourquoi il est venu sur terre.

​​

Dans la tradition japonaise, les maux du corps et ceux de l'âme n'étaient pas séparés. Il s'agissait de voir où en était la force vitale. "Ogenki desuka ?" ("comment allez-vous ?" en japonais) le signifie bien, se traduisant par  "votre force vitale (ki) est-elle lumineuse en vous dans le principe (au commencement) ?" Cela m'interpelait déjà très jeune.

​Dans la Grèce antique, le mot "Pathos" signifiait "perdre la raison, rupture avec le Logos (Dieu créateur, le chant de Vie)", "passion qui défigure en nous l'image divine imprimée", en tant qu'oubli de l'Etre, la souffrance étant le "refoulement du désir essentiel de l'Etre".

Dans la médecine sumérienne, vieille de plus de 5000 ans, le mot guérison n'existait pas, on parlait de "faire circuler la vie". Ainsi, la maladie serait un "enténèbrement" -absence de lumière divine- et la santé,  "retrouver la lumière", "souffle de vie sacré" et "vive flamme du dedans".

Enfin, je découvrais que le thérapeute des civilisations anciennes était à la fois médiateur, prêtre et "soignant" (Thérapeutès en grec signifie "prendre soin"). Il misait sur le contact de la personne avec elle-même, la nature, les arts, le divin, liée à une pratique de mouvements corporels, mais aussi psychologique de tous les jours et une réforme alimentaire, la prière, un travail sur le rêve, les images, les émotions...

C'est celui qui agit au-delà du visible, là où l'invisible structure toute personne, et travaillait à l'actualisation de l'énergie, à son harmonisation avec le flux cosmique, préludes à la transformation intérieure, afin qu'advienne l'Homme Nouveau.

Riche de ces vérités qui vibraient en moi, je ne savais pourtant pas comment les exhumer de moi-même.

Dans cet espace du tout possible que je m'offrais, la voie du son et des profondeurs de l'homme ne tardèrent pas à s'inviter.

J'avais déjà pratiqué le chant lyrique au Conservatoire pendant une dizaine d'années, mais je fus guidée d'une façon imprévue et surprenante vers un tout autre domaine de l'univers du son que je ne connaissais pas.

Ce fut le  Dr Mitchell L. Gaynor, auteur du livre "Les sons de guérison" décédé aujourd'hui, un séjour chez les Abénaquis (Canada) et surtout la rencontre décisive avec celui qui deviendra mon instructeur initiatique qui en ouvrirent définitivement la porte, me rappelant entre autres à mon désir d'enfant : être tout à la fois médecin généraliste, archéologue, chanteuse, magicienne, juge pour enfants et fleuriste !

Qu'à cela ne tienne, le destin s'en est bien chargé à sa façon !

Aujourd'hui, praticienne selon les enseignements de l'Institut Medson (Emmanuel Comte), de Tama-Do Academy (Fabien Maman et Terres Unsoeld), de Voice Global Coaching (Yael Benzaquen et Emmanuel Muh), je continue à m'initier à la voie du Gong (Gong Master Don Conreaux), des diapasons (Dr John Beaulieu), du Kototama (lignée Nakazono), et à suivre la transmission de la science des sons sacrés avec Iégor Reznikoff (Chant sacré) et Silvia Nakkash (Nada Yoga).

Ayant toujours à l'esprit que l'homme debout est celui qui prend appui sur ses deux jambes, un autre pilier s'imposa comme une évidence à ma voie : l'accompagnement somato-psycho-spirituelle favorisant une pratique personnelle quotidienne permettant ainsi d'intégrer les changements de l'être suscités par la puissance du son.

Parallèlement à mon initiation dans les sciences sacrées des Traditions judéo-chrétienne, amérindienne, celte et kabbalistique ainsi que la pratique du seitaï (Imoto Sensei) depuis de nombreuses années déjà, je me suis intéressée aux recherches dans le domaine de la thérapie psycho-corporelle (Ecole de Psychologie Biodynamique), de la thérapie quantique (Facilitatrice Psych-K, Transurfing), et de la géométrie sacrée par l'utilisation des formes platoniciennes dans la pratique thérapeutique.

 

Dans cette perspective, j'ai  toujours recherché intuitivement à associer "santé", "développement personnel" et "éveil spirituel". Il m'apparait en effet important d'abord d’assumer le fameux "connais-toi toi-même" des Grecs, pour ensuite s’ouvrir à un espace plus vaste, celui "de l’univers et des dieux".

De cette façon, l'analogie et le symbolisme archétypal (lettres hébraïques, contes, corps humain, nombres, couleurs, mudras, arcanes...) viennent soutenir l'approche holistique que je propose à celle et celui qui désire vivre dans l'équilibre et la paix en reconnectant le flux du Vivant, c'est-à-dire en se laissant être, et en vivant une vie pleinement humaine avec force, confiance, amour et joie, à la base de toute expérience du déploiement de l'être, quel que soit son parcours de vie.

 Copyright © 2017-2019  www.son-et-sens.com

- Tous droits réservés -